Universcience Vod

En ce qui concerne les proxies et les VPN, les fournisseurs gratuits vont finir par vous coûter beaucoup plus cher en vous privant de... Pourquoi éviter les VPN gratuits et quels sont les dangers de ces fournisseurs ?

En ce qui concerne les proxies et les VPN, les fournisseurs gratuits vont finir par vous coûter beaucoup plus cher en vous privant de votre anonymat en ligne et de votre sécurité.

Vous avez peut-être remarqué que la plupart des services de streaming sont bloqués à l’étranger ou ne sont pas encore disponibles dans votre pays. Les solutions les plus courantes pour contourner de telles restrictions géographiques, mais aussi pour sécuriser votre connexion et crypter vos données sont les VPN.  En redirigeant votre trafic, ou encore en faisant passer votre connexion par un tunnel sécurisé, ils vous mettent à l’abris des hackers, mais aussi de la surveillance de votre propre gouvernement. Et puisque nous aimons tous les services gratuits, nombreux sont les internautes à préférer ne pas payer pour utiliser un réseau privé virtuel.

Ci-dessous, nous vous expliquons précisément comment les VPN gratuits utilisent votre connexion pour des activités dangereuses (et même illégales). Mais aussi pourquoi  un fournisseur de VPN premium, payant et réputé, peut vous permettre de surfer en toute sécurité, et même d’économiser de l’argent ! Décryptons ensemble les dangers des VPN gratuits dans cet article.

VPN Gratuits vs VPN Freemium

En ce qui concerne les services gratuits, y compris les VPN, il existe essentiellement deux modèle s: le modèle gratuit uniquement et le modèle freemium.

Un VPN gratuit n’a absolument aucun coût, aucune limitation ni version premium. Ces services sont extrêmement suspects car on ne sait pas exactement comment ils financent leur service «gratuit». Il faut également comprendre que l’infrastructure derrière les VPN est extrêmement complexe et coûteuse. Ce qui ajoute à la suspicion des utilisateurs.

Quels sont les dangers des VPN gratuits ?

Alors, comment les  VPN gratuits génèrent-ils leurs revenus? Généralement, en proposant indirectement des services payants tels que la distribution de logiciels tiers, la publicité, etc. Mais aussi en commercialisant l’activité de leurs clients, via la vente des données des utilisateurs ou de leur bande passante, etc. Le problème principal est que ces derniers n’ont en général aucune idée de la monétisation qui est faite sur leur dos.

C’est pour cette raison que nous vous recommandons d’éviter les VPN 100 % gratuits, qui sont le plus souvent peu fiables, pour ne pas dire dangereux (comme on le verra plus tard).

Le modèle Freemium, en revanche, est plus répandu. Il consiste à proposer un service gratuitement, mais avec certaines limitations (fonctionnalités, bande passante, serveurs, par exemple). Afin d’accéder au service premium, l’utilisateur doit effectuer une mise à niveau (payante).

Il s’agit d’un modèle commercial valide utilisé par des sociétés telles que Dropbox, Avast, Evernote, Skype, etc. La manière dont la société génère ses revenus est très claire et cela permet d’éviter les pratiques douteuses suivantes.

Un faible niveau de sécurité

Les VPN gratuits utilisent généralement des protocoles moins sécurisés et ne disposent pas de beaucoup de ressources pour sécuriser les infrastructures de leurs serveurs. Cela signifie que vous êtes moins en sécurité et plus susceptible d’être la cible de pirates (surtout si on compare avec les VPN premium)

Il a d’ailleurs été constaté que 38% d’entre eux étaient des logiciels malveillants (généralement des adware). Et la majorité des internautes surfant un VPN et infectés par un virus utilisent un fournisseur gratuit.

Moins de fonctionnalités et de serveurs

Les VPN gratuits ont moins de fonctionnalités et n’offrent pas une protection avancée contre les attaques des hackers. Ce qui augmente encore plus le risque d’être piraté.

En outre, leur infrastructure est plus limitée en termes de serveurs. Ils offrent moins d’emplacement, et moins de choix dans les serveurs disponibles. C’est d’autant plus problématique qu’ils ont généralement une base d’utilisateurs plus large.

Le déblocage géographique ne fonctionne pas

L’une des utilisations les plus courantes des VPN est le déblocage d’un service géo-restreint (par exemple, une plateforme de VOD ou d’eshoping qui ne fonctionne que dans un pays donné). C’est le cas notamment avec  Netflix, YouTube, Instagram, BBC iPlayer, etc.

Un VPN gratuit ne vous permettra pas de contourner ces restrictions géographiques. En raison de l’infrastructure limitée et du nombre d’utilisateurs, les adresses IP sont rapidement interdites.

Des vitesses de connexion plus lentes

Comme nous l’avons répété à maintes reprises, l’infrastructure de serveur des VPN gratuits est très mauvaise malgré le fait qu’elle soit utilisée par un plus grand nombre d’internautes. Cela peut créer des ralentissement de votre bande passante, et rendre les vitesses de téléchargement encore plus lente. Il vous sera parfois même pénible d’utiliser tout simplement votre navigateur.

danger VPN gratuit : pourquoi vaut-il mieux passer par un fournisseur payant et sécurisé ?

C’est un problème que vous ne rencontrerez pas en utilisant un VPN payant. Ces derniers vont en effet investir dans leur infrastructure pour offrir plus de serveurs, et de meilleure qualité. Le nombre d’utilisateurs d’une même bande passante sera ainsi plus faible.

Des publicités agressives

Ceci est assez typique pour les services freemium (qu’il s’agisse d’un VPN ou d’une application gratuite). Pour rentabiliser leur service, ils doivent montrer aux utilisateurs des annonces publicitaires. Parfois, les bandeaux ne seront pas trop oppressants, mais pour la grande majorité des VPN gratuits, cela aura un impact très négatif sur votre expérience d’utilisateur.

Certains VPN gratuits peuvent tout simplement quitter votre navigateur pour afficher des annonces supplémentaires, ajouter leurs paramètres d’affiliation dans des liens ou vous rediriger vers les sites de leurs partenaires

Les VPN gratuits utilisent votre connexion

Il est important de faire des recherche sur le service VPN que vous souhaitez utiliser avant de vous y inscrire simplement pour des raisons de commodité. Bien que cela puisse sembler moins dommageable, donner à un site ou à un service qui n’est pas fiable un accès complet à tous les détails de vos activités de navigation peut avoir des conséquences plus graves que vous ne le pensez.

Selon une enquête récente, 59% des VPN gratuits appartiennent à des sociétés chinoises. Comme la Chine applique des interdictions strictes aux réseaux VPN, ces sociétés ont probablement été approuvées par le gouvernement pour la collecte de renseignements étrangers. En outre, 86 % des VPN gratuits de l’enquête Top10VPN présentaient de graves failles en matière de confidentialité, notamment en ce qui concerne partage de données avec des tiers.

De plus, un service VPN gratuit et populaire, Hotspot Shield, a récemment été accusé d’espionnage du trafic de ses utilisateurs. Un groupe américain de défense des droits numériques a déposé une plainte auprès de la Federal Trade Commission (FTC), affirmant que le service suit, intercepte et collecte les données de ses clients.

Bien que leur politique de confidentialité promette de garder toutes les informations des utilisateurs cryptées, inviolables et confidentielle, il a été prouvé qu’Hotspot Shield avait :

  • enregistré les journaux de connexions de ses utilisateurs,
  • surveillé leurs habitudes de navigation,
  • vendu leurs données à des tier;
  • et redirigé leur trafic en ligne.

Cette controverse actuelle nous rappelle que les VPN gratuits doivent tout de même être rentables. Et que cette rentabilité se fait le plus souvent aux frais de ses utilisateurs. Comme on le dit souvent : si vous ne payez pas pour un produit, c’est que le produit, c’est  VOUS.

Par le passé,  Hola Unblocker, un service qui vendait de la bande passante disponible aux utilisateurs, permettait en réalité aux hackers d’utiliser leur connexion pour des attaques de déni de service (DoS) malveillantes et à des fins illégales. Mais aussi à accéder à du contenu protégé par le droit d’auteur et à des images de violence envers les enfants.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *